Espace Diamant


Conférence en partenariat avec la Société Corse d’Etudes Freudiennes


Lundi 16 octobre 2017 à 18h30
Entrée Libre


Conférence en partenariat avec la Société Corse d’Etudes Freudiennes

 
https://i.gr-assets.com/images/S/compressed.photo.goodreads.com/hostedimages/1480529353i/21321375._SY540_.jpgDans le cadre de son cycle de conférences et débats, la Ville d’Ajaccio en partenariat avec la Société Corse d’Etudes Freudiennes, propose une rencontre intitulée :
«Passage par Nadja. »
Cette soirée sera animée par Madame Christiane Lacôte-Destribats, Lundi 16 octobre 2017 à 18h30 à l’Espace Diamant.
« Les poètes enseignent aux psychanalystes. Si, toutefois, les psychanalystes le veulent bien et acceptent de se laisser enseigner au lieu d’interpréter à tous vents. C’est dans ce sens-là que la rigueur est féconde. Lorsque le psychanalyste déchiffre un jeu de mots qui étonne son patient, il apparaît aussi que ce jeu de mots ouvre l’inconscient par sa valeur de trouvaille incongrue de la même nature que l’éclat poétique qui soudain associe deux termes qui étaient auparavant distants et sans commune mesure. Freud nous avait appris la vivacité du mot d’esprit. Lacan nous en ouvre les espaces de métaphores et a su reconnaître chez les poètes surréalistes une rigueur d’écriture et de lecture qui se situe à la naissance de sens nouveaux. La thèse de Lacan sur le cas « Aimée » prend au sérieux l’écriture de la malade, en explore les impasses et les réussites. Mais déjà, quatre ans auparavant, André Breton, dans son récit « Nadja », racontait comment, fasciné par la jeune femme, il l’avait introduite dans le milieu surréaliste, avait suivi son errance, avait lu ses lettres d’amour et ses essais de poèmes, jusqu’à un point de rupture qui n’était pas seulement d’abandon amoureux, mais un point de rupture qui affectait tellement son rapport au langage qu’il la fit basculer dans la psychose.
Ce récit ne nous laisse pas intacts. Il peut, si nous nous laissons enseigner par lui, nous prendre et nous faire passer vers une conception de l’enjeu du langage plus radical que celui qui a pour horizon telle ou telle vérité. Il nous conduit vers ce que le langage, qui est le seul outil du psychanalyste comme du poète, force de l’impossible par ce qui s’écrit. C’est ce que j’ai tenté d’écrire dans ce livre « Passage par Nadja ». C. L.D.
Christiane Lacôte-Destribats est Psychanalyste à Paris , Membre de L'Association Lacanienne Internationale , dont elle fut Présidente . Elle est auteure de nombreux ouvrages,  et notamment  de " Passage par Nadja " paru aux éditions Galilée.
 
RENSEIGNEMENTS :
Direction de la culture / Espace Diamant
04 95 50 40 80       http://espace-diamant.ajaccio.fr

Rédigé le Lundi 16 Octobre 2017 à 11:30 | Lu 112 commentaire(s)