Espace Diamant

Espace Diamant

ESPACE DIAMANT : Les petites chèvres et le loup


Un bellu spittaculu da i più chjuchi è i so parenti.
Un spectacle pour petits et grands à partir de 3 ans.
Jeudi 16 janvier 2014 à 18h30


Les lieux
 
Tanière du loup
Petite maison des chevrettes
Bois
Route
 
Personnages 
 
Maman Chèvre                                     Rossana Damiani
Fille Chevrette                                    Simona Parravicini 
Loup                                                   Fabio Traversa
 
 
 
Projet scénique, texte et mise en scène                             Tiziana Lucattini
         
Collaboration à la dramaturgie et à la mise en scène            Fabio Traversa
 
Collaboration à la chorégraphie et aux mouvements de scène         Rossana Damiani
Fanny Guinsbourg
 
Version française                                                                        Fanny Guinsbourg
 
Direction musicale                                                                      Antonella Talamonti
 
Réalisation des scènes                                                                 Francesco Persico                      
Costumes et accessoires                                                             Paola Romoli Venturi
 
Projet lumières                                                                         Martin Beeretz
 
 
 
Age 3/10 ans
 
 
Notes de dramaturgie et de mise en scène
 
Le  spectacle s’adresse aux enfants les plus petits, de  3  à  10  ans, mais il s’adresse aussi  aux  adultes, qui s’amusent, réfléchissent, et s’émeuvent tout autant. La forme choisie est celle du théâtre mêlé à la danse.
 
La danse devient récit. Danse du quotidien, danse de la peur, danse de l’abandon ou du retour  heureux. Le texte est écrit dans un style concis, rapide, fait de comptines et de paroles musicales.
 
L’histoire prend sa source dans un conte populaire slovène, il s’appuie sur les étapes fondamentales et universelles de la vie, dans sa structure et dans sa représentation symbolique : le loup, la  maison, le bois, l’abandon, l’épreuve, le péril, la ruse, l’accomplissement de la tâche.
 
Mais elle suit ensuite son cours original et nécessaire ; on va rencontrer un grand Loup-Enfant à la fois drôle et maladroit, joueur et dangereux, qui ressent des pulsions  agressives et voraces, mais qui éprouve aussi tendresse, solitude, rage, et désir de compagnie  parce que, à la différence de son équivalent des autres contes, il a connu la douleur de la perte d’un être cher. On va rencontrer une maman, Maman Chèvre, qui n’est pas infaillible, ou idéale, mais qui, bien au contraire, est « humaine » ; elle tend d’ailleurs peut-être à sous-estimer la personnalité de sa fille, bien qu’elle sache grandir en même temps qu’elle. Enfin, Biquette, la fille, qui s’inquiète pour son autonomie, qu’elle désire tant…
 
Rompant le dogme selon lequel le méchant par définition soit le mal et le gentil par définition  soit le bien, l’histoire se concentre sur un autre point de vue : il n’y a pas quelqu’un qui gagne  et quelqu’un qui perd, mais plutôt une prise de contact entre les deux entités. Et ce contact se  produit à travers la perte, la douleur, le partage, le risque d’une relation.

Le dépassement final des épreuves de croissance, qui conduit dans les fables à l’anéantissement de l’autre, n’existe pas ici, ce sont les notions d’écoute, de respect et de solidarité qui sont mises en valeur.

Le texte est écrit dans un style concis, rapide, fait de comptines et de paroles musicales : une dramaturgie qui suggère un rythme, pulsation vitale, son, et qui dialogue à son tour avec les musiques choisies et avec le mouvement, qui est musique lui-même, des danseuses et de l’acteur. Le récit s’adapte et se dessine dans l’écoute et dans le dialogue des rôles.
La scène, montée sur une estrade ronde et tournante, se compose d’une séparation avec porte et fenêtre et, de l’autre côté, de hautes et longues branches. Ce sont les deux lieux principaux du récit, la Tanière du Loup, la Maison des Chevrettes. La distance entre Maison et Tanière est une route qui décrit une courbe dessinée par terre.
Les couleurs : bois et différents tons de gris bleu. Les rotations de l’estrade peuvent être de différentes amplitudes, du minimum jusqu’à 360°, et permettent ainsi des points de vue différents, comme l’objectif d’une caméra. Une structure qui évoque le cinéma dans la construction de la mise en scène et dans le montage des scènes.
Production Ruotalibera Teatro
 

Rédigé le Mercredi 18 Décembre 2013 à 16:09 | Lu 222 commentaire(s)