Espace Diamant

Espace Diamant

Espace Diamant - Conférence : "L'humain dans la cité"


Lundi 10 février – 18h30 – Espace Diamant – entrée libre
Luni u 10 di frivaghju à 6 ori è mezu à u Spaziu Diamanti - intrata à gratisi


L’humain dans la cité – Jacques Donzelot à l’Espace Diamant

Sous l'impulsion de la politique de la ville et des projets de rénovation urbaine, le décor des banlieues et quartiers populaires a souvent changé sans que ne change le destin de leurs acteurs. Après le développement social des quartiers et leur rénovation, le sociologue Jacques Donzelot invite à développer une nouvelle “citoyenneté urbaine”. Un chantier politique urgent pour conjurer les effets persistants de la ségrégation.

Quel avenir pour les villes, entre déni des questions sensibles et fuite des classes moyennes ? Les nouveaux « désirs de villes » peuvent-ils être assouvis dans la réalité urbaine : mixité sociale, diversité culturelle, performance environnementale, enjeux économiques ?
Jacques Donzelot est Maître de Conférences en Science Politique, directeur du CEDOV (Centre d'Etudes, d'Observation et de Documentation sur les Villes), directeur du CEPS (Centre d'Etudes des Politiques Sociales), membre du Comité de Rédaction de la revue Esprit, directeur aux P.U.F. de la collection "La ville en débat" et enfin, membre actif du Think-tank Terra Nova.
Jacques Donzelot observe que l'émergence de la question urbaine reflète bien sûr l'échec de la politique des grands ensembles menée au cours des Trente Glorieuses qui se traduit par la relégation de zones périphériques des grandes villes.
Face à cette question urbaine, la politique de la ville s'efforce depuis les trente dernières années d'apporter un certains nombres de réponses qui ont variées au cours du temps dans leur philosophie et leurs modalités. Au début, son cadre d'intervention se trouvait limité aux zones défavorisées puis, même si les quartiers en questions restèrent l'objectif principal de l'action, la politique de la ville s'élargit progressivement à l'agglomération toute entière. En outre, le contenu de l'action initialement axé sur les « gens » se déplace progressivement vers les « lieux » donc vers des opérations de démolition et de reconstruction. En effet, les « politiques de développement social urbain » menées dans les années 80 cherchent tout d'abord à donner aux habitants du pouvoir pour agir sur leur environnement et s'y épanouir.
, même si l'idée de réhabilitation des quartiers est contenue dans les orientations des politiques de la ville depuis leur origine, on observe à la fin des années 90 une multiplication des projets de « rénovation urbaine » cherchant à changer la physionomie des quartiers. La philosophie sous-jacente à l'ensemble de ces actions est celle de la « mixité sociale » qui apparaît comme la condition de la résolution de toutes les difficultés que connaissent les cités : maintenir ou attirer à nouveau les classes moyennes. Ce souci de mixité au service de la cohésion sociale et de la lutte contre la ségrégation prend de plus en plus d'importance dans l'approche de l'espace urbain même si Jacques Donzelot rappelle utilement que cette mixité sociale reste historiquement exceptionnelle dans l'organisation de la ville moderne.
 




Rédigé le Jeudi 23 Janvier 2014 à 09:55 | Lu 158 commentaire(s)