Espace Diamant

Jeudi 21 janvier, 18h30 Lecture à la bibliothèque Fesch par la Cie NéNéKa


Bibliothèque patrimoniale – 50-52 rue Fesch 18h30
Tarif unique petite jauge 5€ – Spectacle Hors Abonnement



Par François Orsoni - Compagnie NéNéKa : Jeudi 21 janvier,
Textes d' Angelica Liddell : l'Année de Richard
& Phil Klay : Fin de Mission
Avec François Orsoni & Alban Guyon

& la participation de Diana Saliceti

Nous poursuivons avec les Ajacciens nos rendez-vous réguliers de lectures à la bibliothèque. Telles des papillons de nuit, ces lectures n’auront lieu qu’une seule fois, chaque parole mourra au moment de sa naissance, seuls ceux qui seront présents verront et entendront. 
La lecture publique fait maintenant partie de l’histoire de la compagnie… Nous avons toujours voulu offrir des grands textes de la littérature, faire de la lecture un outil essentiel de la démocratisation culturelle. Notre patrimoine littéraire est une richesse inépuisable et la lecture publique, dans un temps réduit, donne accès à ces grandes œuvres. Elle est susceptible de créer des envies de lectures, d’émouvoir par le texte, par le propos, au delà de toute forme de représentation.
Un acteur qui lit, c’est un acteur dans l’exercice le plus simple, le plus difficile souvent, le plus beau aussi. C’est un moment d’intimité entre les interprètes et le public, pour qu’ils forment ensemble une bulle.
 
 Les prochaines lectures:
Par la Cie Hélios Perdita en partenariat avec le Conservatoire Henri Tomasi: 
La littérature francophone le jeudi 17 mars
La littérature italienne le jeudi 21 mars

Par la Cie Hélios Perdita:
Kohlhaas de Marco Baliani et Remo Rostagno d'après la nouvelle d'Henrich von Kleist le jeudi 12 mai 

 
Faire passer le texte du livre à un public.
« Porter le texte hors du livre par la voix seule » écrit Marguerite Duras dans La Vie matérielle.
Quand on a la passion du théâtre, on a aussi la passion des textes, et certains nous semblent si forts, si nécessaires, si émouvants, que l’urgence de les faire entendre et de les partager s’impose immédiatement.
Alors, pour nourrir votre « machine à rêver », je vous invite, chers auditeurs à une forme particulière de représentation, légère, rapide et conviviale qu’est la lecture publique !
Lire à haute voix, pour l'acteur c'est revenir au prélude de son art : il capte et tient en éveil l'attention d'un auditoire et, par son interprétation, il éclaire le texte.
Deux acteurs et un musicien au plus près des textes,  incarnent  juste ce qu’il faut, pas plus que ce qu’il faut, des textes contemporains : récits, nouvelles, romans, essais, théâtre et « des morceaux de littérature » ;
Tandis que les acteurs suggèrent un univers, une atmosphère, des sentiments, des personnages, l'auditeur, lui, crée ses propres images.
 
L’un des moteurs de cette aventure est d'inciter chacun à retourner au livre…