Espace Diamant

Espace Diamant

Théâtre / 51 Pegasi, la confession de la bête


Vendredi 16 novembre / 20h30
Théâtre
Tarif B
Durée 1h15


Achetez vos places pour "51 Pegasi" en cliquant ICI

D’après l’oeuvre de Marc Biancarelli
Traduction : Jérôme Ferrari
Adaptation / Mise en scène : Christian Ruspini

« On mesure le degré de développement d'une société à la façon dont elle est capable de se
confronter à ses criminels » Markus Schleinze
Marc Biancarelli construit un livre ambigu et dérangeant, non dénué d’humour, qui travaille des
genres littéraires variés tels que le roman, l’autofiction, la nouvelle ou encore l’essai. Quoi qu’il en
soit, ce récit frappe fort et se charge de vérités crues, sensibles et répulsives à la fois, qui se prêtent au
jeu et à la scène. A travers ses souvenirs, ses réflexions et sa vision d’une époque, le narrateur-poète
décrit des univers où la tragédie n’est jamais loin. A la fois témoin et acteur, il est confronté à ces
univers réels ou fantasmés. Il est plongé dans le vécu d’une insularité plus dramatique qu’idéale «
en prise directe avec notre quotidien, la Corse et ses limites naturelles qui nous renvoient à nousmêmes,
parfois avec une complaisance méprisable. »
« Au début, nous pourrions voir aussi et tirer de cette histoire la condition « d’une vie humaine » qui
se décrit elle-même et dans laquelle chacun pourrait se reconnaitre. C’est l’histoire d’un homme qui
revient dans son pays après dix ans d’un exil forcé. […] « L’adaptation d’un roman porté au théâtre,
fera ressurgir des pointes de réel, des rêves aussi et des ellipses, un peu comme au cinéma.
C’est dans tous les cas un travail de mémoire. Le récit de ces scènes violentes et banalisées parfois,
est toujours nourri d’un désir et d’une volonté de mémoire. Ce qui peut sauver d’un démon, c’est
aussi la mémoire. Pegasi, la confession de la bête, c’est l’histoire d’une rédemption quasi impossible.
L'irrépressible désir d'un aveu qui prend racine dans le passé ultra violent d’un homme, au risque
d'une rechute vertigineuse. A moins que l’amour… » Christian Ruspini


Rédigé le Vendredi 16 Novembre 2018 à 18:30 | Lu 90 commentaire(s)