Espace Diamant

Musique : Chevalrex


Mardi 19 Avril à l'Aghja
Billetterie Espace Diamant


Qui peut s’asseoir à côté de Chevalrex et dire qu’il a une meilleure discographie que lui ? Le génie de la pop française des temps modernes lève sans cesse le niveau à chaque album. Après nous avoir fait rêver avec Anti Slogan en 2018 (chroniqué ici), Rémy Poncet débarque en ce début d’année avec son quatrième album intitulé Providence.
Bien entendu, chaque album de Chevalrex est toujours un événement dans le monde de la musique pop française. Le musicien parisien ex-dromois continue de faire parler ses songes poétiques tout en jouant avec les contrastes, et ce dès le premier titre nommé « Au crépuscule » gentiment 80’s. Car Providence est une parfaite oxymore: cette mélancolie dansante qui s’avère tantôt lumineuse tantôt ombrageuse.
Marchant aussi bien sur les pas d’un Troy von Balthazar qu’un Albin de la Simone ou Daniel Johnston et Alain Souchon, Chevalrex sait jouer avec les extrêmes avec brio. Cela s’entend avec le majestueux « Tant de fois » ou encore « Ophélie » scindé en deux parties avec une seconde partie frôlant le spectre de Tony Allen et de Frànçois & The Atlas Mountains sans oublier le clin d’œil à Mercury Rev sur « L’endroit où je parle ». Au niveau des textes, Rémy Poncet tutoie également les sommets où il privilégie notamment des métaphores filées pour impressionner sur « La tombe de Jim » parlant de la reconstruction de soi après avoir perdu son parent ou encore « Dis à ton mec » où l’on imaginerait Jacques Dutronc en mode  crooner. Et comment ne pas oublier le duo au sommet avec un autre poids lourd qu’est Thousand sur « Une rose est une rose » ? Tout est question de philosophie et d’instinct et ce jusqu’à ce « Désirades » de haute volée.
En fin de compte, Chevalrex continue de perfectionner son art avec Providence. Le quatrième disque est une culmination de toutes les recettes fétiches de l’ex-drômois qui continue de brouiller les pistes entre mélancolie et hédonisme et offre une certaine accessibilité à sa musique afin que l’on puisse se perdre éternellement. Les Oreilles Curieuses









Restez informés !